Quelques articles à réception de La Vie crépuculaire

La critique à réception de La Vie crépuculaire
Prix Kowalski de la ville de Lyon, Cheyne éditeur, 1996

Bien qu’épuisé depuis 2003, lire ce courriel de 2015…
Votre poésie, spécialement votre poésie en prose, me semble rassembler tous les caractères du genre : briéveté, intensité, gratuité. Vous n’y décrivez pas, n’allez pas d’un point à un autre, mais recréez un tableau vivant dans son cadre. Et ces tableaux sont beaux car ils contiennent à la fois de l’éternel et invariable comme du relatif lié à l’époque et aux circonstances. Et puis, il y a le style, les mots et jeux poétiques.
Vos qualités, ce sont celles d’un grand poète qui sait créer une foule de sentiments chez son lecteur. Je n’ai pas une appréciation, à proprement parler, d’homme de l’art mais celle de l’un de ces anneaux de fer aimanté par la pierre d’Héraclée comme dans le dialogue Ion de Platon. Quand je lis La Vie crépusculaire, je n’ai guère besoin d’explications, j’admire. Certes vous êtes un peu ma madeleine car, de même génération, j’ai aussi bu le lait au cul des vaches, travaillé à la batteuse, pompé l’eau à la main, et même couché avec ma cousine sous un édredon dans une chambre glaciale. — Michel Leuba [courriel du 6 novembre 2015]

La Vie crépusculaireCette poésie de résistance, cette poésie debout, verticale qui est la sienne. Une poésie qui affronte la vie, se collette avec le malheur, s’empare rageusement d’un rare bonheur qui passe, une poésie portée par […]. Des tableaux y raniment un souvenir ou y résument en quelques phrases, détourent un personnage avec la fermeté du burin. Les phrases tranchent, coupent à même la chair vive des émotions pour bâtir un hymne passionné et douloureux à la condition d’homme. Il y a la solitude, il y a la souffrance, le désarroi, mais transcendant tout cela il y a la force du vivre, la volonté du bonheur, la projection dans l’avenir. Et le désir sous toutes ses formes. Ces ombres qui nous emportent sont ainsi d’un érotisme frémissant, vibrant, qui enchâsse la sauvagerie du désir dans la gangue magnifique des mots pour dire la fulgurance et la plénitude du plaisir de chair. […]

Nelly Gabriel, L’élan vertical, in Le Figaro [Lyon], 18 décembre 1996

Perrin évoque une vie âpre, prosaïque, laborieuse et fruste en des textes hantés par la solitude, la fatigue, la mort. La vérité poignante que recèlent les scènes suffit à faire la force et l’universalité de cette poésie de l’émotion, à travers une écriture charnue, rugueuse parfois, mais où les métaphores sont chargées d’énergie vitale et s’éclairent d’une lumière intérieure. […] Ici l’on aime avec « des forces nourricières » et les plus beaux poèmes sont probablement ceux consacrés à l’amour physique, qui se confond avec la célébration de la terre et peut-être de la présence reconquise.

Michel Baglin, [La Dépêche du Midi, 12 janvier 1997]

La sérénité, malgré tout ? Ouvrez tout d’abord le livre par La Porte, premier texte, premier poème, premiers regards sur la vie — mais c’est alors le dur matin paysan, et qu’on ne peut, l’hiver, poser les pieds nus « sur les dalles plus bleues que des engelures ». Les frustes bonheurs d’une patate rôtie, un or sous la cendre ; la présence de la mère, presque impondérable. Porte ouverte crûment sur des violences, des hontes, des douceurs qui nous arrachent à ce qui nous protège, nous aveugle, ou nous avait simplement éloigné de la douleur. […] Il aura fallu, pour construire un toit, pour abriter ce qui reste de chaleur, et ce qui, aussi, donne son prix, souvent, à la solitude, comme au partage, il aura fallu « crever, d’un coup de tête, le couvercle de la misère » ; et boire, et s’enivrer de « l’amour, un jus amer d’avoir tourné ». Et tailler, pour bâtir le livre comme on a construit les murs et le toit, tailler à coups de hache dans les mots faciles des effusions, des haines, des apitoiements. Ces pages ont une morale […]. Et puis cette langue drue, charnue, brutale, sait dénicher, à la pointe du mot, l’or de la vérité sensible.

Claude Michel Cluny, in le magazine Lire, février 1997L’œuvre considérable de Claude Michel Cluny, né en 1930, pose une question sans réponse depuis que l’homme pense : l’absolu, dont le goût nous est donné, n’est-il qu’une trace en train de s’effacer, ou bien demeurerait-il un corps, un lieu, un leurre où le saisir, voire, avec ou sans foi, l’habiter ? [Cliquer pour lire la suite]

Dans La Vie crépusculaire, Pierre Perrin se montre, à travers des proses sensuelles et fluides, un formidable poète de la mémoire : portraits de la mère gravés en mots, notations féroces d’une dure enfance paysanne (“on mangeait toujours après les bêtes”), découverte de la mort, de l’amour et du sexe, de l’humiliation et de la révolte, c’est peu dire que ses phrases cinglent comme des proverbes, des sentences couperets. À travers un vocabulaire à la fois simple et précis, c’est un vrai poète de notre temps qui donne à lire des auto-portraits violents et pleins d’humanité.

Roland Nadaus, in le bulletin de la ville de Saint-Quentin en Yvelines, mars 1997

Corinne Grenouillet, La Vie crépusculaire

Page précédente — Imprimer cette page — Page suivante