Pierre Perrin, Le Modèle oublié, roman, Robert Laffont, avril 2019

Le Modèle oublié, roman
éditions Robert Laffont, en librairie le 4 avril 2019


Dates de conférences et/ou signatures


  • Samedi 6 avril, L’Esperluette/librairie Rousseau, Pontarlier
  • Les 9-10-11 avril, dates réservées
  • Samedi 13 avril, 15 heures, Librairie Guivelle, Lons-le-Saunier
  • Samedi 20 avril, Librairie polinoise [sous réserve]
  • Samedi 27 avril, 16 heures, librairie La Passerelle [avec D. Sosoli¢, graveur] Dole
  • Samedi 11 mai, 15 heures, Librairie l’Intranquille, Besançon
  • Dimanche 19 mai, Musée Courbet, Ornans
  • […]
  • Samedi 12 octobre, Maison de la Poésie, Poitiers


Le Modèle oublié [couverture]

Quatrième de couverture : « Que reste-t-il du premier grand amour de Gustave Courbet, Virginie Binet, une douce Dieppoise qui l’accompagna vers la gloire pendant plus de dix ans et du fils qu’elle lui donna ? Rien, presque aucune trace. Toute la correspondance amoureuse de Courbet a été détruite. Il faut aller chercher sous les couches de peinture, comme dans L’Homme blessé où Gustave effaça l’aimée, scruter les détails des tableaux pour distinguer, parfois, une silhouette perdue…
Virginie, modèle abandonné, et le petit Émile ressuscitent entre ces pages. Des appartements parisiens où ils vivent avec Courbet, taraudé par sa quête du succès, on entend le vacarme du XIXe siècle, celui des barricades, coups d’État, émeutes, répressions, débats où résonnent les voix de l’ami Baudelaire, de Flaubert, Proudhon, Champfleury, Gautier ou Victor Hugo, vibrant aux funérailles de Balzac.
On n’aura jamais été aussi proche du peintre que dans ce roman où il est saisi dans les yeux d’une femme. Comme par enchantement, ses toiles les plus célèbres s’éclairent soudain d’un jour nouveau, passionnant. » [Emmanuelle D.]

Pierre Perrin habite le pays de Courbet. Poète et critique littéraire, il dirige la revue Possibles.

Page précédente —  Imprimer cette page — Page suivante