Cinquante extraits de retours et articles sur Le Modèle oublié de juin à août

Cinquante extraits de retours et articles – II –
à propos du Modèle oublié, éditions Robert Laffont, avril 2019 [de juin à août]

Le Modèle oublié [couverture]Les livres qui aident à comprendre sont de vraies lampes de chevet pour le lecteur… Pierre Perrin y excelle dans ce superbe roman fort documenté où le moindre détail est d’une importance capitale dans l’étude de ce couple singulier… — Gilles Compagnon, Fb, statut du 31 mai 2019
L’épisode qui clôt Le Modèle oublié, le beau livre de Pierre Perrin, est poignant de réalisme funèbre. Semblable à un détail de fresque ancienne. Il y a de l’humidité acide dans l’encre qui l’a gravé. — Didier Pobel, Quinzaines, n° 1215, en kiosque le 1er juin 2019
Belle métonymie que ce roman de Pierre Perrin, Le Modèle oublié, qui entend nous faire connaître l’artiste par le biais de sa compagne ignorée, comme si l’on ne pouvait approcher la lumière que par les ombres qu’elle projette. — Gérard Mottet, commentaire sur Fb le 2 juin 2019
Bravo pour ce roman plein de respect pour cette femme oubliée, et pour toutes les muses effacées par l’histoire. — Dominique Bergougnoux, statut Fb, 4 juin 2019
Le Modèle oublié permet surtout d’ouvrir les portes à une réflexion passionnante sur le rapport que l’artiste entretient avec son art, entre passion et dépendance, entre fusion et addiction, entre liberté et asservissement. — Parme Ceriset, Le Livre des visages, 4 juin 2019
Ton art du raccourci stylistique fait alors merveille, laissant le lecteur abasourdi dans des télescopages dont on sent bien que là se cache le secret de l’art et de l’émotion. — Jean-Yves Debreuille, courriel du 4 juin 2019
Bravo et merci, cher Pierre, pour cette histoire peu connue, votre rythme alerte, vos personnages d’exception tracés d’un trait sûr, avec une mention particulière pour mon poète favori – le bourreau de soi-même – l’ami complexe de Gustave. — Céline Debayle, statut Fb, 10 juin 19
Ce roman est une couronne à titre posthume, et c’est Némésis qui vient la lui poser sur la tête. — Jeanne Boudry, courriel du 11 juin 2019
Je vous recommande la lecture du livre de Pierre Perrin, Le modèle oublié, qui évoque un amour de Courbet, la dieppoise Virginie Binet, sa compagne durant dix ans et la mère de son fils. — Marc Dumont, commentaire FB du 12 juin.
Le roman de Pierre Perrin, que je relirai pour m’attacher à la poésie qu’il distille de façon subtile – pour ne pas voler la vedette à son héroïne et à son fougueux amant – rend au « Modèle oublié » et à son enfant la place qui leur revient de droit et que nous ne devrions plus ignorer. — Carmen Pennarun, statut Fb du 12 juin 2019
Tu as si bien su, grâce à ton écriture exigeante, précise, sensible célébrer l’oubli et révéler l’envers de la célébrité…! — Virginie Megglé, commentaire Fb du 16 juin 19
Quel beau sujet de méditation sur le destin de sexes, et quelle œuvre aussi ! Ton livre, cher Pierre en a l’éclat du jour, profitons-en ! Il faut savoir jouer comme tu le fais, pour en comprendre un peu la saveur. — Marie-Thérèse Peyrin, commentaire Fb du 16 juin 19
Pierre Perrin a réussi le formidable pari de faire « naître » l’idylle de Courbet et Virginie en 2019. De nous faire oublier qu’ils sont d’un autre siècle. — Jeanne Orient, statut Fb le 21 juin 19
Merci pour ce tableau d’un homme et d’une femme dans une époque. — Henri-Pierre Rodriguez, commentaire Fb, 21 juin 19
Tout sésame levé, point de doute, le biographe Pierre Perrin n’a pas son pareil. — Gilles Compagnon, statut Fb, 21 juin 19
À lire ce bel opus de Pierre qui, avec sa sensible écriture nous dépeint les mœurs de l’époque, ces soubresauts de non résignation pour les hommes, en oubliant la femme, l’enfant. Bravo. — Benoît Deville, commentaire Fb, 22 juin 19
J’ai trouvé votre Modèle oublié très bien documenté, bien construit, en somme bien plus qu’un roman au sens traditionnel du terme. J’ai beaucoup appris et apprécié. — Niklaus Manuel Güdel, Président de la Société Courbet à Genève, courriel, 24 juin 2019
Ce roman est d’une grande intelligence romanesque. Rien n’y est laissé au hasard. L’on se retrouve véritablement plongés en plein XIXème siècle et c’est délicieux. Lisez ce livre ! — Chants Soizic, statut Fb, 25 juin19


Le Modèle oublié est une réussite passionnante. C’est d’abord un roman. L’imagination de l’auteur permet de faire les liens qui rendent vivante la période historique, les contemporains, Courbet ! — Gérard Netter, commentaire Fb le 26 juin 19
Ce roman est décidément remarquablement écrit. C’est très littéraire. Et puis bravo pour les dialogues ! Il y a le ton, l’intonation… Je salue un excellent écrivain et un fin psychologue. — Chants Soizic, statut Le Livre des visages, 27 juin 2019
Le Modèle oublié si intelligemment articulé fait plus que sortir de l’ombre une femme sacrifiée aux égoïsmes d’un homme et d’une époque, on y trouve aussi, et surtout à mon sens, une brillante analyse d’un caractère complexe, particulier et terriblement fort et, pour cela, je dis merci et bravo. — Henri-Pierre Rodriguez, Le Livre des visages, 30 juin 2019
Michelet parvient à ressusciter les morts et à donner voix aux sans voix parce qu’il y a du romancier chez cet historien. Si Pierre Perrin parvient au même résultat avec Le Modèle oublié, c’est qu’il rêve, bien sûr, Courbet et sa Virginie en romancier. Mais c’est l’historien précis et méticuleux qui est en lui qui leur donne corps et les fait se mouvoir à Paris, à Dieppe et à Ornans. — Marie Paule Farina [spécialiste de Sade], Le Livre des visages, 4 juillet 2019
La réussite indéniable de ce roman c’est d’éveiller en chacun de nous une émotion mais aussi une réflexion sur nous, sur notre contemporain, sur la liberté que chacun peut s’autoriser dans sa propre existence. — Pierre Epsztein, La Cause littéraire, 10 juillet 2019
Il faut lire Le Modèle oublié, c’est une leçon de maîtrise littéraire avec une documentation qu’on comprend extrêmement fournie. — Marie-José Eychenne, commentaire Fb, 10 juillet 2019
Bravo, bravo à Pierre Perrin, pour ce travail admirable à la fois pour la narration, le récit et le travail de recherche. Courbet a bien joué Faust pour s’être pris pour Dieu lui-même. Pierre met en exergue ses traits de caractère avec une précision formidable. — Chants Soizic, Le Livre des visages, 11 juillet 2019
Quel talent de la part de Pierre d’avoir sculpté ce personnage en contraste avec son époque ! — Claudine Jourdan, com. Fb, 11 juillet 2019
Comme toute création, celle de Pierre est une auberge espagnole dès lors qu’elle est livrée au public, chacun y apporte ce qu’il porte. Mais nous avons tous vibré à cette lecture et partagé nos vues complémentaires, c’est formidable. — Henri-Pierre Rodriguez, commentaire le 11 juillet
Faire tenir un thème aussi universel, la carrière du peintre et les insurrections de Paris en 211 pages sans susciter une seconde d’ennui, c’est un prouesse. Je recommande chaudement ce livre. On apprend beaucoup en éprouvant un vrai plaisir à de lire. — Hennie Claude, Le Livre des Visages, 21 juillet 2019
Très bien documenté, on apprend une foule de choses sur Courbet et sur son époque car l’auteur nous entraîne au cœur des bouleversements politiques de ce siècle. — Bianca, sur son blog, 12 juillet 2009
Le Modèle oublié est écrit dans une belle écriture classique et qu’on lit avec grand intérêt jusqu’à la fin ; non seulement parce que l’auteur y évoque cet amour, mais aussi parce qu’il nous plonge dans toute une époque. — Monique Marta, Fb, 14 juillet 2019
Par moments vous noircissez, involontairement je crois, le tableau. Par exemple, quand Virginie, après avoir quitté Courbet, rencontre Graillon, nous la voyons à un moment se mettre à comparer cet homme avec Courbet. — Yasmina Hasnaoui, Messenger, 15 juillet 2019
J’admire la précision du récit et les couleurs qui en émanent et remercie Pierre qui a réussi à m’embarquer dans cette atmosphère si particulière où évolue Courbet. — Danielle Gamen-Dupasquier, Le Livre des visages, 18 juillet 2019
C’est très étrange cette antipathie pour Courbet, comme si certains lecteurs ne voyaient qu’une seule partie de l’histoire, sans voir la globalité de celle-ci, encore moins les nuances. — Patricia Suescum, poète, Le Livre des visages, 18 juillet 2019
En conclusion un livre qui existe, qui est une pierre forte dans la construction d’une œuvre. Un livre qui devrait trouver son public ne serait-ce que parce que nos contemporains sont avides d’apprendre et que ce texte est d’une richesse indéniable. — Jean-Pierre Poccioni, Messenger, 20 juillet 2019
Le Modèle oublié de Pierre Perrin nous plonge dans un « monde passe-muraille » où la gouaille d’un artiste-peintre prend voix singulièrement. — Murielle Compère-Demarcy, Le Livre des visages, 29 juillet 2019
Pierre Perrin, judicieusement et avec une écriture fine et ciselée, peint par petite touche la toile de la vie de Virginie. La force de ce livre tient aussi dans le travail de recherche historique de Pierre Perrin. — Marie-Hélène Jeannerod et Jean-Antoine Viguier, Librairie L’Intranquille à Besançon, 1er août 2019
Un livre d’une beauté et d’une force incroyable. Un livre à mettre entre toutes les mains ! — Virginie Delahaie, courriel, Lyon, 3 août 2019
Tu peux être fier de ce livre qui allie la précision de la documentation au témoignage émouvant de la vie d’un homme pour qui seule la gloire comptait. — Louis Reymond, Avignon, Courrier, 8 août 2019
Je vous remercie Pierre, pour vos recherches. Vous me faites revivre mon enfance au travers de la vie de Virginie Binet. — Évelyne Lemonnier, Le Livre des visages, 10 août 2019
Le livre de Pierre Perrin est riche, issu d’une longue recherche, écrit d’une plume exercée. Il mérite d’avoir une place de choix dans la littérature et l’histoire de l’Art. Merci d’avoir peint pour nous le modèle oublié qui ne le sera désormais plus. — Élisabeth Loussaut, courriel 10 août 2019
Merci pour cet excellent livre sur Courbet qu’on voit vraiment vivre. Bravo pour toutes ces recherches pour que ce livre paraisse vivant et vrai. — Christiane de Richerenches, courriel du 11 août 2019
Au-delà du plaisir de lecture – la prose de Pierre Perrin, fluide, se laisse siroter avec bonheur -, Le Modèle oublié est le résultat d’un travail de documentation considérable. — Paul Guiot, Les Belles Phrases, le 15 août 2019
Vous écrivez trop bien pour une époque de régression intellectuelle et morale. — Michel Leuba, courriel, 19 août 19
Pierre nous raconte admirablement bien cette histoire d’une vie de mélancolie dont sont capables les artistes. Les références de livres consultés sont imposantes. — Hubert Bouccara, Statut Fb, 23 août 2019
Il y a dans votre livre une volonté de rendre justice sans condamner qui me touche beaucoup. — Jean-Yves Masson, courrier, 28 août 2019
Descriptions et dialogues s’imbriquent parfaitement ; et la destinée des autres protagonistes qu’elle soit heureuse ou douloureuse y est savamment décrite, de sorte qu’on a le sentiment de véritablement assister à leur existence. — Colette Klein, poète, courriel 30 août 2019
Que c’est bon de constater que Le Modèle oublié si touchant poursuive sa vie intensément et soulève inlassables de nouveaux enthousiasmes. (Ravie) — Virginie Megglé, commentaire Fb, 31 août 2019
Un grand succès pour ce Modèle oublié qui a si bien su interpeler les lecteurs en nous plongeant dans l’histoire et dans la vie d’un grand peintre. — Carmen Penarum, commentaire Fb, 31 août
Je serai à la fête en convoquant tout à la fois peinture et littérature. Merci Pierre pour ce cadeau au long cours. — Sabine Lavaux-Michaëlis, Fb, 31 août 2019
De longtemps je n’avais lu pareil livre. Pierre Perrin est un enchanteur de mots. Son Modèle oublié est un modèle du genre. […] Géniale, voilà ce qu’est cette bio ! — Roland Seguin, commentaire Fb, le 31 août 2019

Sélection de Pierre Perrin opérée le 31 août 2019

<— Les cinquante premiers retours/notes [mars-mai]

Page précédente —  Imprimer cette page — Page suivante