Quelques livres de Pierre Perrin

Les principaux livres
Parutions pour mémoire [quelques disponibles]

Pleine Marge
le premier recueil, La Presse de Gray, 1972

Pleine MargeLa couverture enfermait 108 pages sur papier d’un fort grammage, glacé, car les 41 poèmes étaient illustrés de 24 photos noir et blanc, pleine page sauf une, dans un format de 18 cm de largeur par 23,5 de hauteur. L’accueil, en Franche-Comté, fut chaleureux. Jean Breton, à qui un exemplaire avait été remis en aveugle… — Continuer la lecture

Manque à vivre, 1985
Volume anthologique pour moitié inédit, 256 pages

Manque à vivre« Fils spirituel d’un Jean Breton et d’un Yves Martin, proche par la sensibilité de poètes et d’écrivains comme Georges Perros, Lucien Becker et plus près de nous Daniel Biga, Pierre Perrin se range – ou plutôt se dérange – dans la file des poètes du « dur métier de vivre », selon l’expression employée par Yves Martin », selon Jean Orizet dans le Le Figaro Magazine du 1er mars 1986… — Continuer la lecture

Un voyage sédentaire
Carnets, éditions Possibles, 1986

Un voyage sédentaireL’amour, c’est le leurre, la douleur. L’espérance façonne une prison dans laquelle le prisonnier se vit amputé de l’autre. La présence, qu’il attend en se retenant de courir ou qu’il vient de perdre et qui le met à genoux, borne son horizon. Tout le tenaille, l’absence l’écartèle, l’angoisse ne cautérise plus… — Continuer la lecture

Le Temps gagné
éditions La Bartavelle, 1988

couv. livre[…] Perrin s’exprime dans une langue dense, concrète, imagée, irriguée, par les multiples références à son enfance terrienne et à cette campagne natale où, dans son âge d’homme, il est demeuré. Il possède l’art du raccourci, du style tendu, de la métaphore qui fait mouche. Poèmes-cris, proférés d’une voix haletante. « J’écris des cris bondés, lourds comme des ventres de bombardiers… — Continuer la lecture

Poursuivre la présentation des livres

Page précédente —  Imprimer cette page — Page suivante