Pierre Perrin, Le Modèle oublié, roman, Robert Laffont, avril 2019

Le Modèle oublié, roman
éditions Robert Laffont, en librairie le 4 avril 2019

Jeanne Orient

Il existe des docteurs de l’art. L’âme humaine a ses artistes. Le roman m’a paru nécessaire pour rendre à Courbet ses amours et une épaisseur humaine, pleine de contradictions saisissantes. La plupart de ses biographes séparent l’œuvre de la vie du peintre. Or c’est rendre unijambiste cet être passionné que de ne pas lui reconnaître d’avoir aimé d’autres femmes que les sempiternelles lorettes. Virginie Binet l’accompagne onze ans de sa vie jusqu’à la gloire ; elle lui donne un fils, qu’il peint au demeurant. Tout le monde dit reconnaître ce fils, Émile, dans Les Cribleuses de blé. Pourquoi cacher ou ignorer cette part vive de Courbet ? Le peintre écrit pourtant à plusieurs reprises combien il a souffert l’arrachement. J’ai voulu rendre avec Le Modèle oublié un hymne à la vérité et à Courbet les deux jambes qui lui ont permis de lever haut son existence.
Pierre Perrin habite le pays de Courbet. Poète et critique littéraire, il dirige la revue Possibles.

Page précédente —  Imprimer cette page — Page suivante